Le week-end dernier, j’avais promis à des amis que j’allais venir faire à manger chez eux. Le matin, alors que je commençais à réfléchir à ce que j’allais pouvoir préparer, mon hôte juge bon de me préciser qu’il y aura finalement une vingtaine de convives, qu’elle ne dispose que d’une plaque électrique et d’un four qui fonctionne quand il veut, et que je ne peux venir qu’à partir de 19h. Ce qui limite considérablement la créativité…

Alors que j’allais me résigner à préparer une vulgaire plâtrée de pâtes, je réalise finalement qu’il y a plein de choses que je pourrais préparer d’avance chez moi. Immédiatement, je pense au plat de base qu’au moins une personne apporte dès qu’il y a un apéro : le cake. Et je me dis qu’un cake n’est pas obligé d’être un classique « jambon-fromage-olives » : au contraire, quitte à avoir un plat à emporter, autant s’en servir pour transporter plein de bonnes saveurs dedans !

Je reprends donc la liste des plats que j’avais pensé préparer initialement : un curry de légumes, un mole (plat typique mexicain, avec une sauce au chocolat et aux piments), des flammekueches, un poulet sauce graine (sauce africaine à base de graines de palme), un poulet sauce aigre-douce, un tajine de quelque chose. Tout content, je me rends alors compte que je n’aurai même pas à choisir un plat unique parmi cette liste : je pourrai faire un cake à chaque saveur !

Reste à savoir quels sont les ingrédients caractéristiques de chaque plat, ceux qui donneront vraiment un goût particulier à chacun des cakes, tout en s’y intégrant au mieux…
– Pour le cake « Flam’s » : un demi oignon émincé blondi dans une cuillerée de saindoux, quelques saucisses de Strasbourg, de la crème, un peu de fromage, un peu de poivre
– Pour le cake « mexicain » : un filet de poulet émincé, un demi oignon et un demi poivron rouge émincés et revenus dans quelques bonnes cuillerées de sauce mole (j’en ai une bonne dose en réserve, sous forme de poudre prête à diluer avec un peu de bouillon de bœuf)
– Pour le cake « africain » : un filet de poulet et un demi oignon émincés et revenus dans une demi boîte de sauce graine (j’ai découvert ce truc récemment dans le magasin exotique en bas de chez moi), avec un peu de pâte d’arachides, un cube de bouillon de volaille et une bonne pincée de piment
– Pour le cake « curry » : une tige de citronnelle hachée, des graines de coriandre moulue (à défaut de feuilles…), une petite cuillerée de gingembre râpé avec un demi oignon et un demi poivron émincés, le tout mis à revenir dans quelques cuillerées de pâte de curry
– Pour le cake « tajine » : un demi oignon émincé blondi dans une grosse cuillerée d’huile d’olive aromatisée puis mis à revenir avec une demi aubergine coupée en petits dés et une petite poignée de graines de sésame, avec une bonne dose de cumin, un peu de piment et de sel, une petite cuillerée de miel et une dizaine de feuilles de menthe séchées émiettées
– Pour le cake « aigre-doux » : un demi oignon émincé blondi et caramélisé dans une cuillerée d’huile de sésame avec une petite cuillerée de sucre en poudre, puis mis à revenir avec une petite poignée de sésame, deux champignons coupés en fines lamelles, quelques traits de sauce soja et une carotte émincée

Comme je n’ai qu’un petit four dans ma cuisine et quelques heures devant moi, j’essaie de bien m’organiser avant de me lancer dans la préparation. Histoire de gagner du temps, je prépare une base pour l’ensemble des cakes, en mélangeant un bon kilo de farine, en y incorporant une petite plaquette de beurre (125g), et en y ajoutant 18 œufs (3 par cake). Et histoire de ne pas perdre trop de temps, j’essaie de planifier un minimum : compte tenu du temps de cuisson des cakes (45min) et de la place dans mon four (2 cakes à la fois), je me fixe comme objectif de ne pas passer plus d’une vingtaine de minutes pour la préparation de chaque garniture. Comme ça, ça me permettra de :
– Préparer un premier cake, et l’enfourner
– Préparer le deuxième cake
– A mi-cuisson du premier, le retourner dans le four (pour qu’il cuise uniformément, comme mon four n’a pas l’option chaleur tournante), et y ajouter le deuxième cake
– Préparer le troisième cake, pour qu’il soit prêt à enfourner dès que le premier aura fini de cuire.
– Etc. Jusqu’à ce que j’ai 6 beaux cakes bien cuits sur la table, et tout plein de vaisselle à laver !

D’ailleurs, pour la vaisselle, j’essaie de définir dans quel ordre préparer tous mes cakes, pour ne rien avoir à laver entre deux : je les range donc en fonction des quelques similarités de saveurs et/ou d’ingrédients : « Flam’s », « africain », « mexicain », « curry », « tajine », « aigre-doux ». Et une fois que j’ai tout mon planning et ma liste d’ingrédients affichés sur le frigo, je réalise que c’est la première fois que je m’organise autant avant de commencer à cuisiner… Il faut bien un début à tout !

Mais finalement, si on fait le bilan de tout ça :
– J’ai mis à peine plus de 3h pour préparer 6 cakes complètement différents
– J’ai pu transporter tout ça sans encombre dans le bus, le métro, la rue, etc. (sachant que je devais aussi prendre avec moi le dessert, qui fera l’objet d’un prochain article, et quelques bouteilles pour préparer des cocktails)
– Il y a eu largement assez pour nourrir la vingtaine de personnes présentes, qui ont toutes pu goûter à tout, manger où elles voulaient, quand elles voulaient, à côté de qui elles voulaient
– J’ai eu tout le temps que j’ai voulu pour discuter avec les gens, plutôt que de rester cloîtré dans une cuisine inconnue.
– C’était bon (et très surprenant pour les quelques convives étrangers qui n’avaient jamais mangé de « gâteaux salés » !)

Du coup, je me dis que j’ai bien fait de réfléchir un peu avant de foncer tête baissée dans les fourneaux…

Publicités