Il y a des jours, j’aime bien cuisiner en cachette, et laisser planer le mystère autour du menu du dîner jusqu’à ce que celui-ci arrive dans l’assiette. Malheureusement, à la maison, c’est pas toujours facile…
L’autre soir, en rentrant du boulot, en discutant avec ma moitié dans la cuisine, j’avais faim. Comme c’était la fin de semaine, les placards et le frigo étaient relativement vides, et il n’y avait quasiment rien à se mettre sous la dent pour grignoter. Rien d’autre que de la pâte d’arachide. Je me suis dit que c’était mieux que rien, et j’ai commencé à en manger quelques cuillerées tout en réfléchissant à ce que j’allais bien pouvoir préparer à dîner… L’idée m’est venue dès la deuxième cuillère : comme il ne restait (presque) plus que des poivrons, j’allais les ouvrir par le chapeau (comme des citrouilles), en tartiner l’intérieur d’un mélange concentré de tomates / pâte d’arachide, et y faire cuire des œufs comme en mini-cocottes, au four. Et comme j’ai trouvé que c’était un plat digne d’un dîner surprise, j’ai chassé ma moitié de la cuisine pour pouvoir préparer ça dans le plus grand secret.

Premier échec : en sortant, elle m’a demandé si j’allais faire des poivrons. Bigre, c’est qu’elle est perspicace, la bougresse ! Bon, c’est vrai que compte tenu des stocks du moment, cette première devinette n’était pas si difficile. Mais je n’allais pas vendre la réponse si facilement : « Tu verras si tu me fais le plaisir de ne pas regarder ! ». Et de toute façon, il y a mille manières de cuisiner des poivrons, et elle n’était pas prête de deviner comment j’allais m’y prendre ! Mouahaha !
Une fois seul, j’ai donc commencé à préparer ma « pâte à tartiner » : j’ai mis à blondir un oignon et une gousse d’ail hachés très finement, j’y ai ajouté un demi cube de bouillon de bœuf dilué dans un petit fond d’eau bouillante, j’ai laissé réduire, j’y ai ajouté une bonne cuillerée de pâte d’arachide et… Ah, mince, pour ajouter le concentré de tomates, il faut d’abord ouvrir la boîte, et pas moyen de trouver l’ouvre-boîte… Après 5 minutes de recherche vaine, je me résous à faire appel à ma moitié…

Deuxième échec : la seule chose qui nécessite un ouvre-boîte chez nous, c’est le concentré de tomates. Donc même si elle sait m’indiquer l’emplacement de l’outil sans avoir à venir dans la cuisine, elle a quand même réussi à deviner un ingrédient supplémentaire. Pire que ça : quand je suis allé la voir, mes yeux étaient encore humides à cause de l’oignon, et mes doigts sentaient encore l’ail. Triple échec, donc.
Je finis quand même ma préparation, tout déçu d’être déjà plus grillé que ma sauce. Une fois que celle-ci a assez réduit, j’en tartine l’intérieur de mes poivrons (préalablement lavés et vidés), je casse deux œufs dans chaque, et je les referme avec leur couvercle. J’enfourne ensuite à 180°C pour environ 45 minutes (le temps que les œufs cuisent à l’intérieur des poivrons…), et, en attendant, je vais m’allonger un peu.

Troisième échec : en s’approchant pour un bisou, ma moitié remarque que j’ai mangé de la pâte d’arachide (en goûtant ma préparation). Je ne trouve pas de meilleure excuse que de dire que j’en ai mangé à la cuillère parce que j’avais faim. Et je me fais engueuler pour ne pas avoir partagé… Fâchée, elle se réfugie aux toilettes en prétextant une envie pressante. En revenant, elle me fait remarquer que l’odeur de pâte d’arachide est bien trop présente dans l’appart, et elle suspecte fortement le fait que j’en ai utilisé dans ma préparation. Elle va même jusqu’à me demander si je suis sûr que rien n’est en train de brûler. Certain, étant donné que je viens d’enfourner et que je suis sûr de la température et du temps de cuisson. « Ah, c’est un truc au four ? Tu nous as refait des œufs en cocotte de poivron ? Avec de la pâte d’arachide ? Trop bien ! ». Des fois, je me demande si elle n’a pas installé une caméra de surveillance dans la cuisine…

Finalement, la seule surprise aura été d’accompagner ça de quinoa. Même le fait que ce soit bon, elle s’en était douté… Bref, j’ai beau avoir réussi le plat, j’ai totalement manqué mon effet de surprise ! Ce sera pour une prochaine fois…

Poivrons surprise

Poivrons surprise

Publicités