Le 31 Décembre dernier, on a passé notre journée à Riga chez un couple de lettons, avec qui je pense avoir appris une nouvelle définition de l’exotisme. En tous cas, ça a été l’occasion d’un beau mélange culturel !

Nouvel an à Riga

Nouvel an à Riga

Au programme de cette journée :
– grasse matinée…
– brunch avec produits lettons (pains noirs, charcuterie, confitures maison, champignons, œufs, …), en regardant des photos d’un voyage au Mexique sur un fond de musique latine
– préparation de biscuits en pain d’épices pour le soir, d’après une recette alsacienne
– après-midi en bord de mer, pour se balader dans les bois (avec de la neige jusqu’aux genoux), marcher sur l’eau (là où la glace était assez épaisse), et faire une bataille de boules de neige (il avait beau faire -20°C, elle était bien poudreuse !)
– apéro avec champagne russe, liqueurs lettones, et vins français
– préparation et dégustation d’un curry thaïlandais
– bain de foule au centre de Riga, marché de Noël (le Noël orthodoxe étant le 7 janvier, le marché dure plus longtemps que chez nous), dégustation des biscuits en pain d’épices avec une bouteille de champagne français, et feu d’artifice (presque digne d’une fête de campagne : feu d’artifice quelconque, mais ambiance extrêmement conviviale !)

Biscuits en pain d'épices

Biscuits en pain d'épices

Si cette journée était déjà un agréable mélange de cultures, c’est surtout le curry thaï qui a marqué mon esprit. Nos hôtes en avaient appris la recette lors d’un voyage à Londres, en rencontrant un allemand qui avait vécu quelques années en Thaïlande. Les ingrédients n’étant pas les mêmes en Thaïlande, en Angleterre et en Lettonie, et la mémoire n’étant pas toujours fidèle pour retranscrire une recette, autant dire que le résultat tenait plutôt de l’improvisation ! Mais c’était quand même bigrement bon !

Le principe de base de ce plat est tout simple (et, en fin de compte, il n’avait pas l’air tellement thaïlandais… mais du moment que c’est bon et que ça a une histoire, peu importe d’où ça vient !) :
– des oignons revenus à la poêle dans un peu d’huile ou de beurre
– des graines de coriandre moulues, des tiges de citronnelle et du gingembre hachés finement, quelques petits piments, un peu d’ail
– du lait de coco, et un peu de citron vert
Voilà la base de la sauce. Pour les quantités, c’est au feeling, ça dépend du nombre de personnes et de leur appétit… Et pour la suite, c’est en fonction de ce qu’il y a de disponible : ce jour-là, on a fait avec des légumes (aubergines, carottes, poivrons) et du poulet, le tout coupé en petits dés, et cuit à feu doux et à couvert pendant une bonne demi-heure dans la sauce.

Hier soir, en voyant qu’il me restait une brique de lait de coco dans un placard, j’ai voulu refaire un essai de cette recette. Bon, évidemment, je n’avais pas tous les ingrédients nécessaires, et il est fort possible que j’aie oublié quelques détails de la recette « originelle ». Il a donc fallu adapter un peu…
Déjà, pas de poulet, ni de légumes. Juste deux filets de panga. Comme il s’agit d’un poisson au goût relativement peu prononcé, je l’ai laissé mariner une petite demi-heure dans un mélange sel-poivre-curry-gingembre. Pendant ce temps, j’ai préparé la sauce avec les ingrédients du bord :
– un oignon revenu dans un fond d’huile d’olive parfumée à la citronnelle (à défaut de tiges de citronnelle…)
– un fond de soupe de poisson pour saler et rendre les oignons plus fondants
– une gousse d’ail, du thym (à défaut de coriandre, même si ça n’a rien à voir…), du gingembre, du piment
– les 3/4 d’une petite brique de lait de coco (soit environ 15cl), et un demi verre de vin blanc (à défaut de citron, pour acidifier un peu)
J’ai laissé cuire tout ça quelques minutes à feu moyen, le temps que ça s’épaississe un peu, et j’y ai mis mes deux filets à cuire, quelques minutes sur chaque face. A côté de ça, j’avais mis du riz à cuire pour deux, avec un peu d’huile, de laurier et de lait de coco dans l’eau de cuisson.

Au final, ce qu’on avait dans nos assiettes ne ressemblait en rien à ce qu’on avait mangé à Riga le 31 Décembre. Je suppose que ça ne ressemblait pas non plus à ce qu’avaient mangé nos hôtes à Londres quelques années avant, pas plus qu’aux versions qu’avait goûtées leur ami allemand en Thaïlande. Mais c’était excellent, et ça a rappelé plein de chouettes souvenirs ! Que demander de mieux ?

Publicités