Les œufs, c’est magique ! Ça a tout plein de propriétés super intéressantes, et il y a mille manières de les utiliser :
– en les cuisant au plat, à la coque, dur, en omelette, etc.
– en les cassant dans un bouillon de nouilles (j’ai découvert ça au Japon l’année dernière, et depuis je ne mange presque plus jamais mes nouilles sans y casser un œuf !)
– en battant les blancs en neige (je me demanderai toujours comment cette utilisation a été découverte…), en gardant le jaune pour dorer les gâteaux
– dans des quiches, pour des gâteaux, des flans, des crèmes dessert, etc.
– en s’en faisant un shampooing
– en les lançant sur les gosses des voisins quand ils font du bruit dans la cour
– en peignant les coquilles pour faire de la déco
– …

Du coup, même après 24ans d’existence, on a toujours une chance d’être surpris en découvrant de nouvelles utilisations possibles. La preuve : hier, en allant au resto, j’ai découvert les œufs cocotte (bah oui, je ne connaissais pas encore, honte à moi…). Et dès le lendemain, j’ai voulu essayer de m’en faire à la maison.
Seulement le problème, pour les œufs cocotte, c’est qu’il faut des récipients adaptés, comme des petits ramequins supportant la cuisson au four, ou des mini-cocottes en fonte. Typiquement le genre de choses qui manquent dans une cuisine d’étudiant… Ce qui fait qu’un dimanche soir, tous les magasins étant fermés (mais qui aurait envie d’aller faire les magasins un dimanche soir pour s’acheter des ustensiles de cuisine, de toute façon ?), je n’avais aucun espoir de pouvoir acquérir l’équipement nécessaire pour répondre à mon caprice digne d’une femme enceinte. Tant pis. Je me suis donc résolu à faire une pizza, en attendant le lendemain et l’ouverture des magasins.

Ma pâte (farine, eau, huile d’olive, romarin) finissait de reposer au frigo. Mon four préchauffait. Mes oignons avaient déjà fini de caraméliser (oui, je mets aussi des oignons dans la pizza…). Je venais de les arroser de coulis de tomate, dans lequel j’avais déjà ajouté quelques herbes (sauge, thym, origan) et mis à tremper quelques tranches de lard. Je m’apprêtais à découper des poivrons en lamelles pour décorer. Et en coupant la tête du premier poivron pour en vider les graines, j’ai pu constater qu’un poivron, c’est creux. Oui, bon, bien entendu, je m’en étais déjà rendu compte, et j’avais même déjà farci tout plein de poivrons dans ma jeunesse. Mais je n’avais encore jamais réalisé que ça pouvait éventuellement se substituer à une mini-cocotte ou à un ramequin. Et même s’avérer bien mieux que ces pauvres petits ustensiles, étant donné que les poivrons, au moins, ça se mange ! Donc non seulement ça a du goût, mais surtout, ça diminue la quantité de vaisselle à nettoyer à la fin du repas ! Si c’est pas génial, ça, la vaisselle comestible !

Du coup, au diable la pizza : ce soir, ce sera œufs cocotte ! Mais histoire de pas avoir commencé à préparer plein de bonnes choses pour rien, on va bien réussir à les réutiliser…
– La pâte ? Au lieu de l’étaler sur un gros plat, j’en fais des petits rouleaux de la taille d’un doigt, et je le mets à cuire comme ça, nature. Ça fera des mouillettes !
– La sauce tomate ? Bah les mouillettes, il va bien falloir les tremper dans quelque chose, non ?
– Les tranches de lard ? Hop, tapissées à l’intérieur des poivrons ! Deux poivrons, quatre tranches de lard, ça fait deux tranches par poivron, et il se trouve que c’est pile poil ce qu’il faut pour tapisser tout l’intérieur ! Y a plus qu’à casser les œufs dans les poivrons (deux œufs par poivron, ça remplit pile poil), à saupoudrer de sel, d’une pincée de paprika et de quelques tours de moulin à poivre, à remettre la tête du poivron par dessus (comme un petit couvercle, mais en plus joli et plus comestible !), et à enfourner (à 220°C, une dizaine de minutes).

Une fois tout ça sorti du four, y a plus qu’à se régaler ! Au final, c’est nettement meilleur que la pizza, c’est beaucoup plus joli à présenter que de simples petits ramequins, ça donne un goût en plus aux œufs, ça diminue la quantité de vaisselle, et ça évite d’aller faire les magasins un dimanche soir pour surcharger la cuisine avec plein de nouveaux ustensiles ! Alors pourquoi se priver ?

Publicités